Peur de reproduire des abus vécus

La majorité des personnes qui ont été victimes d’abus sexuels ne reproduisent pas les abus qu’ils ont subis. Le fait de pouvoir parler de votre vécu est un facteur de protection et un soulagement.

Que votre malaise soit généré par des stéréotypes véhiculés par la société (« les victimes deviennent auteurs ») ou par des attirances ou fantasmes bien réels, une écoute et un partage avec des personnes extérieures peut vous aider à vous situer et à trouver une aide adaptée à votre situation.

Des groupes de parole pour les personnes (hommes et femmes) ayant été victimes d’abus sexuel existent en Suisse romande (par exemple à Genève, Lausanne, Fribourg et Valais) et représentent un des moyens de faire évoluer votre situation par l’échange avec d’autres personnes ayant un vécu similaire ainsi que des professionnels. Des thérapies individuelles peuvent aussi être bénéfiques.

Ne restez pas seul(e). Même si faire le premier pas pour demander de l’aide peut vous sembler difficile, n’y renoncez pas.